Accueil

 AccueilMme Auriacombele centre aéréles activitésle théâtrenotre chansonla piscineJ. Chevallierles Citésfin d'un mondenoms de fleursultime saisonphotos de classehandballEl Madaniale Golfvos réactionsun bilanle livre d'orles liens

nous contacter

 

 

 

 

 

 

Le centre Frédéric Lung, administré par la Croix-Rouge, raconté et illustré par Marc Boronad, ancien moniteur pendant les grandes vacances.

Le Clos-Salembier était un quartier du Grand Alger situé sur les hauteurs de la ville.

 

 

Par les transports en commun, nous devions emprunter le bus lettre K, un bus qui partait de la Grande Poste et qui passait par la rue Michelet, le parc de Galland, le Palais d'été et la Redoute, ou le bus lettre K (barré), qui partait de la rue de Lyon.

Au terminus du trolleybus de la ligne K, il y avait un bureau de tabac et journaux tenu par Cécile Passal. Le bureau de tabac était connu, Cécile aussi.

 

 

Au Clos-Salembier, beaucoup d'Algérois connaissaient le centre Frédéric-Lung. Le terrain appartenait aux Lung, les membres d'une riche famille qui possédait des vignes et donc produisait un vin apprécié. Le centre aéré était géré par la Croix-Rouge et était dirigé par madame Auriacombe.

Les moniteurs devant la porte d'entrée du centre Lung de la Croix-Rouge.

  La grande salle et le tourniquet.

 

Ce livre, Salut, derniers beaux jours dont je suis l'auteur, n'a pas été réédité depuis longtemps. Je ne puis rien dire à ceux qui me posent des questions au sujet de cet ouvrage de jeunesse. J’ai sous les yeux la lettre du critique de La Dépêche quotidienne d’Algérie qui m’écrivait il y a quelques années : "Ne soyez pas inutilement dur avec vous-même. Le style de ce récit était celui qu'il fallait à l'époque". Je n’oublie pas que j'ai eu l'honneur d'être nommé dans l'émission LECTURE POUR TOUS de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, Max-Pol Fouchet et de la charmante Nicole Vedrès disparue bien trop tôt, en 1965.

 

Copyright (c) 2005-2009 Deux @ . Tous droits réservés.