les activités

 AccueilMme Auriacombele centre aéréles activitésle théâtrenotre chansonla piscineJ. Chevallierles Citésfin d'un mondenoms de fleursultime saisonphotos de classehandballEl Madaniale Golfvos réactionsun bilanle livre d'orles liens

nous contacter

Revenons au centre aéré.

Dans la matinée, travaux pratiques : peinture, raphia, fleurs de papier, colliers. Du sport pour les plus grands. Nous avions un terrain de volley-ball, une petite piste d'entraînement et une fosse emplie de sable pour le saut en hauteur. Nous pratiquions avec les adolescents le rouleau californien et presque jamais le retournement intérieur, un style en perte de vitesse dès cette époque.

 

Un grand garçon blond : Philippe Floutard, exécutait, lui, le saut ventral, une nouveauté ! Beaucoup d'entre nous parmi les moniteurs pratiquaient un sport dans un club.

Je contemple les photos et je m'aperçois que les noms de mes collègues se sont enfuis derrière les brumes de ma mémoire.

Je désigne debout : Colette Astier, Mohamed et moi. Accroupies : Dany (autochtone mais ne fréquentant que notre milieu européen) et … Géronimo.

Géronimo, une fille marquée par la vie bien ardue pour elle : 18 ans, mariée et divorcée deux fois. Tout le monde le savait et les parents la jugeaient bien sévèrement sans la connaître. Elle peignait et avait un joli coup de pinceau.

Me reviennent les noms de Gérard Messiah, qui habitait rue de Mulhouse, de Gaëtan Viari de Léségné, qui avait, selon les moniteurs, un nom à "rallonge", et du blond Pierre Azaïs, qui laissait sa barbe pousser puis la rasait pour la laisser repousser quelques jours plus tard, au gré des humeurs de sa copine.

Je me souviens aussi de Simone Brierre des G.L.E.A., championne du 80-mètres haies. Elle faisait quatre foulées au lieu de trois entre les haies. C’était, me semblait-il, un petit handicap pour une carrière future. Erreur de ma part. Bien entraînée par André Salvignol, elle fut internationale et qualifiée aux Jeux Olympiques de Rome en 1960.
 

Après le repas, temps calme. Une heure sous les arbres, assis ou allongés. Les petits garçons faisaient des trous dans la terre sèche avec un bâton. Les animateurs racontaient des histoires.

Pas loin du petit stade, sur cette butte, les enfants répètent un chant qu'ils interpréteront le soir dans le théâtre. En arrière-plan, on reconnaît la cité de Diar-El-Mahçoul.

Le sport sur le petit stade et puis, et puis la piscine !

La belle piscine du Clos-Salembier, nous y reviendrons...

Copyright (c) 2005-2009 Deux @ . Tous droits réservés.